2017-02-17

DES PETITS BOUTS D'UNIFORME NAZI

Une prise de guerre oui!

16 commentaires:

  1. Quitte à te briser le cœur, je pencherais plutôt pour la version de Poulette.
    Quand on détrousse un cadavre, en temps de guerre, on ramasse son arme (pistolet, fusil, couteau, baïonnette), sa montre (les Allemands avaient de très bonnes montres à l'époque), éventuellement ses bottes (pénurie de chaussures).
    Je vois mal quelqu'un récupérer le ceinturon d'un macchabée.

    Mais bon, si ça te fait rêver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais, après ça dépendait des conditions du combat, les allemands en 44 ne repassaient pas toujours derrière eux. Mais oui c'est sans doute un gosse qui l'a ramassé et gardé après. Personne ne saura jamais! (Mon grand-père a piqué des pipes lui, sur la route de l'Allemagne après la Libération mais on lui a piquées à l'hosto quand il a été blessé en avril 45, c'est moche! ;)) )

      Supprimer
  2. Mon cousin, qui était médecin-commandant des FFL récupérait les pistolets des blessés qui arrivaient dans son service (son adjoint, lui, récupérait les montres). Il en avait un plein tiroir d'une grosse commode tombeau Louis XIV.
    Un jour mon père (il avait 15 ans) a sorti un P38, il a visé un arbre avec et le coup est parti tout seul, la détente était hyper-sensible. Après il a du faire le mur avec un couteau pour aller récupérer la balle chez le voisin. Il fallait être inconscient pour laisser une arme chargée avec une balle dans le canon en présence d'un ado.
    Remarque, mon cousin a un jour montré un pistolet Sauer, un petit 7,65, à sa belle-soeur, il a fait "pan" et... le coup est parti juste au ras des oreilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant de beaux objets! Pensez à moi à Noël!

      Supprimer
    2. Quand j'ai connu mon cousin, il n'avait déjà plus ses pistolets (sauf le Sauer), il les avait échangés avec un ami contre un train de pneus pour sa Volvo :(

      Supprimer
  3. J'ai aussi connu un ancien résistant (maquis à 16 ans en 1942, 2e DB en 44), beau-père d'un ami.
    Servant au Premier Régiment de marche du Tchad, il est allé à Berchtesgaden, puis a été rappelé en France pour réduire la poche de Royan. Il a été fait prisonnier, mais il a profité d'un moment d'inattention de son - jeune - gardien pour s'emparer de sa baïonnette et (je cite) "l'ouvrir des couilles au sternum".
    Il a gardé la baïonnette et pris les bottes. Il utilisait encore ces dernières dans son jardin dans les années 90.
    Quant à la baïonnette, il s'en servait encore à 70 ans pour achever les sangliers à la chasse. D'où cette constatation désabusée (je cite encore) : "Finalement, un cochon ça se saigne comme un boche".

    Désolé pour la longueur du comm'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je raconterai une histoire un peu équivalente mais je dis rien de plus... Je me souviens aussi que mon père pendant une partie de pêche dans le Morvan avait remonté un casque allemand de la baille. Le type vaut du y être balancé. Le Morvan avait pas mal de maquis. (Pas de problème pour les longs commentaires! Ou même les petits!) (de toute façon plus personne ne commente ni ne vient plus trop ici! On peut raconter ce qu'on veut)

      Supprimer
  4. En ce centenaire de la révolution de Février, tu ne nous ferais pas un petit lubok ?

    Alors comme ça, tu as trouvé un éditeur pour les aventures du capitaine Mettetal ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est publié par épisode dans un magazine pour ancien combattant oui! Haha! Bien vu!

      Supprimer
  5. Ton histoire de casque m'en rappelle une autre. Mon père avait une dizaine d'années après la guerre (c'était en 1947 je crois, l'année des grands incendies des Landes), il était en colonie de vacances près de Royan.
    En jouant dans le sable il a trouvé un casque allemand avec le crâne de son propriétaire à l'intérieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connaissais un type qui en avait un avec le crâne dedans aussi, mais trouvé en Meuse. Personnellement je suis déjà tombé sur un squelette humain à Verdun, avec mon père, mais je n'y ai pas touché. C'était après la tempête de 1999. Une série de pins avait été déracinés, c'était le bazar, et on voyait dans un trou laissé par une souche des côte et des vertèbres, et je pense un bras comme plié derrière le dos. Je l'avais dessiné en "romancé" dans les pages de garde de "Mathurin Soldat". On est reparti avec mon père en silence.

      Supprimer
  6. Tu ne veux pas ça pour tes balades en Meuse :

    https://www.youtube.com/watch?v=O4gYdFng-n4

    :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nan je veux un uaz 452 moi! Mais j'ai pas un rond bouhouhouhou.

      Supprimer
    2. Faut que tu décroches le Grand Prix au prochain Festival d'Angougou !

      Supprimer
    3. Le prix vient apres le fric! C'est pour les déjà célèbre (et vieux!).

      Supprimer