2015-08-06

Thomas de Marle ou Les Jours Sanglants p.49

Et tout reprend à Laon, MAIS en "cheval érotique"...


Autrement, amis de la poésie bonjour.


Sonnet foutatif, par Claude le Petit.

"Foutre du cul, foutre du con,
Foutre du Ciel et de la Terre,
Foutre du diable et du tonnerre,
Et du Louvre et de Montfaucon.

Foutre du temple et du balcon,
Foutre de la paix et de la guerre,
Foutre du feu, foutre du verre,
Et de l'eau et de l'Hélicon.

Foutre des valets et des maistres,
Foutre des moines et des prestres,
Foutre du foutre et du fouteur.

Foutre de tout le monde ensemble,
Foutre du livre et du lecteur,
Foutre du sonnet, que t'en semble ?"

Claude Le Petit, poète et avocat, fut brûlé en place de Grève le 1er septembre 1662 pour ses écrits cochons et ses libelles moquant les moeurs des grands de son temps.

Il était âgé de 23 ans.

Merci bien.

8 commentaires:

  1. Remarquable la chouette effraie !
    Et les bestioles en bas, ce sont des loirs ?

    Claude Le Petit, ce n'est pas lui qu'on appelait le "poète crotté" ? ou alors je confonds.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce sont des loirs! Claude Le Petit a écrit un poème où il se dit "crotté de haut en bas" ou un truc du genre alors peut-être oui. Je le connais très mal. Je suis tombé sur lui par hasard dans un recueil de poèmes érotiques et paillards!

      Supprimer
  2. Tu as pris comme modèle les loirs géants qui squattent ta cabane ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha! Oui.
      (Bien renseigné)
      (Ils sont morts maintenant, dévorés par une chouette justement!)

      Supprimer
  3. Alors c'est ça les "Jours sans gland" ?!

    RépondreSupprimer
  4. Ou alors c'est "Le Prince de On bourre", mais sans Gérard Philipe :D

    RépondreSupprimer