2015-05-02

Thomas ou les jours sanglants (pages 25, 26, 27 et 28)


Ade de Marle, réfugiée dans la chambre de Lisandre, se souvient d'Aubry, de Drogon de Boves et de sa rencontre avec le futur Enguerrand de Coucy...






5 commentaires:

  1. Très bons, les effets de découpage !
    Je sens que ce sera un très bel album ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mec. Ça fait chaud au coeur. J'aimerais que ça finisse relié ce serait le mieux. (Sans doute après montage, je pense à des pages "pédagogiques" à insérer, à voir). Maintenant faut que les quelques editeurs que je vise soient sensibles à ce récit. Le récit historique (hors les trucs histo-porn à la Manara) en BD, en plus indé, c'est pas le plus populaire. Mais je fais un taf honnête de recherche historio qui se suffit à lui-même. Et je m'amuse. Hé hé!

      Supprimer
    2. Ma réfexion sur le sujet est un peu différente : à mon avis, le public de la bande-dessinée historique est habitué à un dessin "réaliste", soit proche de la peinture historique (Manara, Bourgeon), soit de la ligne claire discrète, donc la plus impersonnelle possible, (Jacques Martin, Convard, Julliard), ou bien, si on croise les genres, à un trait comique (Péyo, Turk), alors forcément un style plus introspectif déroute, bien qu'en l'occurence il soit plus proche de la vision du monde pré-moderne.

      Supprimer
    3. Je peux reprendre le dernier argument pour un dossier éditeur? Il est parfait.

      Supprimer
    4. Bien sûr ! Et encore, ce n'est que la version succinte)
      On peut développer en comparant ton dessin avec celui du "mobilier" héraldique et des miniatures médiévales en citant plein d'excellentes références (Jean-Claude Schmitt, Michel Pastoureau...), ou même parler de l'influence du primitivisme dans l'art moderne.

      Supprimer