2014-01-13

Mathurin Soldat - page 37

"À droite de ces hauteurs se trouve la bois Bolante à gauche, en contrebas, le Four-de-Paris, lieux que les communiqués ont souvent cités ces temps-ci. Je reviens par la gauche au village de La Chalade qui est un peu en arrière du Four-de-Paris, en avant duquel se poursuit la violente attaque à laquelle artillerie génie, infanterie concourent depuis ce matin. 

L’artillerie allemande arrose le village mais leurs « 210 » et leurs « 77 » tombent toujours là où il n’y a point d’effet utile à produire. Beaucoup de projectiles éclatent encore trop haut et d’autres n’éclatent pas. Bref, le va et vient incessant qui se fait dans le village n’est guère troublant. 

Les blessés arrivent du terrain de combat, qui à pied, qui roulés sur de petits chariots légers à deux roues. Ils passent à l’ambulance, reçoivent un premier pansement, sont placés dans les fourgons à chevaux, conduits à 3 kilomètres en arrière au village du Claon où les prennent les automobiles.

C’est de la bouche du moins grièvement atteint, que nous recueillons les premiers détails : mitrailleuses capturées, tranchées prises et 200 prisonniers. Nous voyons arriver ceux-ci par petits groupes. Leurs tuniques toutes couvertes de boue, ont perdu leur couleur grise pour prendre la couleur jaune de l’argile des tranchées.

Un sous-officier de garibaldiens, la tête ensanglantée, la joue toute moucheté de petites brûlures, nous livre des détails par bribes, les yeux tournés vers l’endroit d’où il vient et tantôt il rit, d’un rire nerveux saccadé, et tantôt il s’arrête et se tait, hébété, comme stupide de se trouver là debout, vivant, ayant encore dans les oreilles, dit-il, le bruissement des balles qui zézayaient autour de lui, et le cherchaient sans le trouver."

L'Humanité - 11 janvier 1915


4 commentaires:

  1. Huhu, la tête du prisonnier allemand avec son oeil tout rond.

    Ça fait bien plaisir de voir Mathurin, ce matin.

    RépondreSupprimer
  2. Pauvre Mathurin qui rêvait de partir à la pêche avec ses petits camarades.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paraît que c'est aussi ça la guerre... On y fait pas toujours ce qu'on veut! :)

      Supprimer