2013-11-19

Mathurin Soldat - page 24

 
L'attaque. Si vous ne parlez pas l'allemand, Mathurin indique simplement au soldat allemand qu'une ambulance passera chercher son camarade.

2013-11-11

Mathurin Soldat - page 22 (+ 11 novembre "specials")

Allez, et comme c'est 11 novembre, je vous mets quelques photos de Robert (mon arrière grand-oncle), pilote de spad 13 "photographique" en 1917, il est passé également par une escadrille de bombardier Caudron.  

Les petits n'avions ça vous changera des fantassins. 
Bonne fin de journée! 
(PS: Pour ceux qui m'ont déjà vu: oui, je sais, il y a une légère ressemblance physique entre "Rob" et l'auteur de ce blog!)
 

2013-11-05

Mathurin Soldat - page 20

"Il pleut à verse. Les nuages gris déversent des trombes d'eau. Les arbres bruissent dans le vent et répandent des cascades d'eau à leurs pieds. Les chemins sont argileux, les ruisseaux dévalent violemment les pentes. C'est l'été, mais dans les abris les poêles sont allumés.  
C'est la Forêt d'Argonne.

Elle ne se dissimule pas mais ne montre pas son vrai visage. C'est une Forêt comme le Spessart et les forêts tchèques, une forêt pour les charbonniers, les bandes de brigands et les sangliers. La Forêt a sa présence, cela on ne peut pas le contester. La Forêt a son passé, c'est sûr. On y pénétrait et on n'en revenait jamais, on faisait un signe de croix et l'on mourrait. Dans l'obscurité, l'assassin guettait.
Il y a dans cette forêt des lieux qui portent des noms étranges: "La Fille morte", "L'homme mort".
Voilà ce qu'il en est."
 Extrait de Krieg im Argonnerwald, Bernhard Kellermann, 1916.

"De lourds sacrifices durent être faits sur les sanglants champs de bataille du front de l'Ouest. Et pourtant, les combats dans la Forêt d'Argonne ont quelque chose de plus important. Jour après jour, mois après mois, année après année, les mêmes combats furieux et acharnés, hommes contre hommes, à faible distance l'un de l'autre, avec des mines et des engins explosifs, des canons de tranchée et des mitrailleuses, des carabines, des couteaux et des baïonnettes. Ailleurs, les troupes vivaient de fréquents renversements de situation, mais pas dans la Forêt d'Argonne. A chaque soldat revient de droit un titra militaire honorifique.

Tous ceux qui ont engagé leur corps et leur vie en Forêt d'Argonne pour le Kaïser et l'Empire ont gagné des lauriers impérissables."
Wilhelm von Hohenzoller, Kronprinz, 1916.